Milieu académique et industrie – Deux mondes à part ?

industry and academia are two airtight compartments

On entend souvent dire que le milieu académique et l’industrie sont deux mondes à part et étanches. Que lorsque l’on en choisit un, l’autre nous est barré à jamais.

Y a-t-il du vrai dans cette affirmation? Ou est-ce qu’elle est à prendre avec un grain de sel ?

Plusieurs de mes invités sur Papa PhD ont abordé cette question et certains d’entre eux ont partagé l’expérience dans la vraie vie qu’ils ont faite de ce tabou.

Les employeurs cherchent les détenteurs de maîtrises ou de doctorats

Dans l’épisode 3 de Papa PhD, Mark Roberts a été le premier à partager avec moi son expérience professionnelle dans l’industrie, en l’occurrence, l’industrie de la rédaction médicale, après son doctorat à l’Université de Princeton.

La remarque importante qu’il a faite est que certains domaines de l’industrie offrent des postes dont les prérequis et les profils de compétences vont comme un gant aux détenteurs d’une maîtrise ou d’un doctorat en sciences de la vie. En particulier dans le domaine biomédical et dans le domaine pharmaceutique.

Et ce sont des domaines où il y a toujours des postes à pourvoir !

Ces industries incluent : les agences de rédaction médicale, les agences de brevets et les organisations de recherches cliniques (domaine réglementaire), la science des données.

Les compétences transversales qui font de vous un candidat exceptionnel

Qu’avez-vous à offrir à ces employeurs potentiels?

La principale est une capacité éprouvée de résolution de problèmes.

Dans l’épisode 4, Rob Hutcheson énumère d’autres compétences transversales qui sont très prisées par les employeurs :

  • Une capacité d’analyse hors-norme
  • De fortes aptitudes organisationnelles
  • Une approche indépendante envers le travail
  • Des aptitudes de leadership

Ce sont des forces que vous développez du fait même d’embarquer et de mener à bien l’épreuve de longue haleine que sont les études de troisième cycle.

Votre syndrome de l’imposteur peut vous faire sentir déboussolé, surqualifié et dépourvus de vrais arguments pour vous promouvoir – vous pouvez être sûr que vos employeurs potentiels identifieront en vous ces compétences, si vous les reconnaissez et les identifiez vous-même.

La formation comme complément à votre CV

Cela dit, il se peut qu’il manque quelques éléments-clés à votre CV pour certains emplois ou pour votre emploi de rêve. Pour accéder à certains postes, il vous faudra :

  • Faire vos preuves dans un poste d’entrée, puis gravir les échelons, comme l’ont fait Simon Moore et Liliana Vitorino
  • Gagner de l’expérience dans une société de plus petite envergure
  • Obtenir un certificat, comme l’a fait Martin Primeau pour devenir journaliste
  • Obtenir une maîtrise ou un MBA, comme dans le cas de François Beaubien, qui s’est lancé dans le domaine de la finance après son doctorat en neuroscience

Profiter des stages offerts en industrie

Une autre façon très intéressante de tester les eaux est de faire des stages dans l’industrie qui vous intéresse.

Comme l’ont témoigné Pedro Resende et Jonathan Weitzman lors de leur passage au micro de Papa PhD, le tabou selon lequel le milieu académique et l’industrie sont deux mondes à part et qui défend qu’on ne peut pas partir en industrie et, plus tard, reprendre sa carrière de chercheur est faux.

Bien sûr, il y a une question d’opportunité et de temps. Le plus on reste éloigné de la recherche, le plus difficile il est de retourner et de rester à jour par rapport à votre domaine. Mais Pedro et Jonathan sont très clairement de l’avis qu’une pause n’est pas délétère. Au contraire, elle vous permettra de bâtir votre opinion à propos de « l’autre côté » sans mettre terme à votre carrière de chercheur.

Et dans mon entrevue avec Stefanie, animatrice de la chaîne YouTube Career Conversations, elle a partagé ce qui l’a le plus surprise dans son stage dans l’industrie, à savoir:

  • La possibilité de publier pendant son stage
  • La culture d’équipe qu’elle a trouvée
  • La facilité avec laquelle les projets qui ne fonctionnent pas sont abandonnés

Stefanie, Pedro et Jonathan sont tous revenus à la recherche après leur passage par l’industrie. Ils considèrent tous que cette expérience a été enrichissante et qu’elle a fait d’eux de meilleurs candidats pour leurs postes ultérieurs.

Conclusion – Le milieu académique et l’industrie ne sont pas deux univers étanches

S’il y a deux choses que j’aimerais que vous gardiez de cet article, c’est :

  • L’importance de vous laisser à vous-même l’espace d’explorer le marché du travail durant vos études de troisième cycle, ne serait-ce que pour confirmer votre passion pour la recherche
  • La certitude qu’à la fin de votre maîtrise ou de votre doctorat, vous aurez développé sans le savoir un ensemble robuste de compétences qui vous servira tout au long de votre vie professionnelle et qui est très valorisé dans certains domaines non universitaires

Si vous voulez tirer encore plus parti de ce que vous venez de lire, remplissez le formulaire au bas de la page et complétez le document que j’y partage pour vous. Il vous permettra de commencer à construire l’image de votre emploi « de rêve » et d’y associer les compétences et les forces qui vous définissent.

Bonne exploration!