Regard sur une saison de Papa PhD – Conversations, réflexions et grandes lignes

Transcription de l'épisode :

Bonjour à tous !

Nous arrivons à la fin de la première saison de Papa PhD et aujourd’hui, je voulais juste remercier tous les auditeurs qui ont suivi l’émission partout autour de la planète. Ça a été très impressionnant de voir l’émission grandir comme elle l’a fait au cours de cette première année, donc encore une fois, l’une des choses que je voulais faire aujourd’hui, c’est de vous remercier, vous qui êtes là semaine après semaine, et qui pensez à votre doctorat, à votre maîtrise et réfléchissez à ce à quoi votre carrière pourra ressembler à l’avenir. J’espère vraiment que les conversations que j’ai partagées dans sur le podcast vous ont inspiré dans votre parcours.

Au cours de cette première saison, j’ai eu la chance de parler avec tant d’invités intéressants et d’apprendre avec eux, et j’espère avoir pu partager suffisamment de leur sagesse avec vous pour vous aider dans votre planification de vie et dans votre exploration de carrière.

Je suis extrêmement reconnaissant d’avoir eu des invités couvrant tant de domaines académiques différents : des sciences de la vie à l’ingénierie, en passant par la psychologie et la littérature. La portée de ces conversations a de loin dépassé ce que j’avais imaginé quand j’ai décidé de lancer le podcast. Je tiens donc à remercier de tout mon cœur tous les invités qui ont participé à la première saison de Papa PhD.

En repensant à toutes ces conversations et en pensant à vous, qui réfléchissez à votre avenir, à la voie à suivre, aux décisions à prendre, j’ai le sentiment que l’un des fils conducteurs de toutes ces conversations, et c’est peut-être le plus important, a été de vous dire que vous avez le droit d’avoir des expériences diversifiées pendant votre diplôme de 2e ou de 3e cycle. Non seulement dans le cadre de vos recherches, mais aussi, et c’est important, en dehors de celles-ci. Que ce soit en intégrant des associations d’étudiants, en faisant du bénévolat dans des projets de vulgarisation, en intégrant des communautés sportives ou créatives, mais aussi en faisant des stages dans l’industrie ou des pauses où vous essayez quelque chose de complètement différent avant d’entamer un nouveau chapitre de votre vie universitaire.

Un autre point commun qui me semble très important concerne la façon dont vous vous percevez en tant qu’universitaire, en tant que chercheur, en tant que candidat à un emploi. À l’issue de vos études, vous n’êtes peut-être pas conscient de certaines compétences importantes que vous avez développées, mais qui ne sont pas techniques, qui n’ont pas de rapport direct avec votre sujet de recherche. L’une des compétences très importantes que vous développez en rédigeant une thèse de maîtrise ou de doctorat est votre capacité à analyser, à digérer et à donner un sens à des ensembles de données complexes et de grande taille. Celle-ci va de pair avec votre capacité à résoudre des problèmes. Ce sont des compétences qui sont très appréciées par les employeurs.

La gestion de projet est un autre domaine dans lequel vous avez naturellement développé des compétences pendant vos études. De nombreux postes sur le marché du travail exigent la capacité d’entreprendre de grands projets, des projets complexes, et d’être capable de planifier, de fixer des jalons, de définir des objectifs, puis de travailler à la réalisation de ces objectifs. Un autre des aspects qui ont été mentionnés à maintes reprises par les invités que j’ai eu à mon micro.

Si vous réécoutez les différents épisodes, les différentes entrevues, vous trouverez davantage de ces compétences, en rapport avec le domaine spécifique dans lequel chaque invité travaille actuellement. Donc, explorez les entrevues de la Saison 1, écoutez ce qu’avaient à partager les invités qui travaillent dans un domaine qui vous intéresse. Vous verrez, vous trouverez des conseils que vous pourrez utiliser pour commencer à bâtir votre propre plan.

Au cours de la première saison, on a beaucoup parlé des compétences transversales, mais aussi des angles morts, des choses que l’on ne sait pas naturellement à la sortie de la maîtrise ou du doctorat et auxquelles on n’est pas préparé. Un des principaux angles morts concerne la préparation de votre CV et la préparation aux entretiens d’emploi dans un cadre non universitaire.

Si vous écoutez les entrevues qui ont porté sur la recherche d’emploi et les entretiens en dehors du milieu universitaire, le principal conseil qui est revenu à plusieurs reprises est d’adapter votre CV à chaque employeur potentiel et, plus particulièrement, de mettre l’accent sur les compétences non techniques que vous avez acquises au cours de vos recherches et de limiter au minimum – un invité a même dit à une seule ligne – tout ce qui a trait à vos publications, à vos présentations ou à vos distinctions académiques. Vous devez adopter une approche où vous allez droit au but, où la personne qui lit votre CV saura immédiatement que vous êtes un.e bon.ne candidat.e pour le poste.

Le deuxième aspect concerne les entretiens. Vous avez peut-être fait un bon nombre de présentations orales, de présentation de posters, voire de présentations éclairs en rapport avec vos recherches, et les compétences que vous avez acquises vous serviront certainement dans le cadre d’un entretien.  La différence est que, lors d’un entretien pour un poste dans l’industrie, par exemple, plutôt que d’énumérer vos compétences, les techniques que vous maîtrisez, les outils que vous savez utiliser, le but réel de l’exercice est que ceux qui vous interviewent évalue si vous êtes la personne qui convient le mieux au poste et à l’équipe. Il y aura donc une composante de langage corporel, de démontrer une connaissance de la mission et de la structure de l’organisation, et d’avoir une bonne histoire à raconter sur la façon dont vous vous êtes retrouvé assis devant eux pour cet entretien. C’est quelque chose que l’on n’apprend pas à l’université, mais pour laquelle on peut se préparer.

Un des points que mes invités ont souvent mentionné comme étant essentiel dans l’exploration de votre carrière et dans la préparation des entretiens est de faire vos recherches à propos de l’organisation qui offre le poste et, idéalement, d’entrer en contact avec des personnes occupant des postes similaires et de leur demander de les rencontrer, autour d’un café ou, ces jours-ci, par vidéoconférence. Poser à une personne qui a suivi le même chemin que vous des questions pointues sur la réalité du poste, sur la rémunération, sur la culture de l’entreprise est le meilleur moyen de savoir ce que l’on recherche chez un candidat, en entretien. Parallèlement à cela, et surtout si c’est la première fois que vous passez un entretien, l’autre technique qui a été mentionnée et recommandée est de répéter. Devant un miroir, avec un ami, en vous préparant à raconter votre histoire de la meilleure façon possible et à expliquer clairement pourquoi vous êtes le bon candidat pour le poste. Si vous connaissez le type de questions fréquemment posées, encore mieux ! Préparez et répétez aussi vos réponses en conséquence. De cette façon, le jour de l’entretien, vous pourrez vous concentrer sur l’interaction humaine plutôt que sur le contenu et vous montrer sous le meilleur jour possible.

Au cours de cette première saison, nous avons également beaucoup parlé de l’équilibre de vie et de la santé mentale. Le stress fait partie de notre vie moderne, et la vie de chercheur a quelques sources de stress particulières, mais mes invités ont été clairs sur trois éléments qui peuvent vous aider à trouver un équilibre et à avoir un parcours sain : l’exercice physique – bouger, pratiquer un sport d’équipe, rester en forme ; avoir une communauté en dehors du laboratoire – les sports d’équipe le font aussi, mais vous pouvez intégrer un club ou créer un groupe d’étudiants ; et, finalement, inclure dans votre emploi du temps hebdomadaire du temps pour vous. Cela dit, il est possible que d’autres facteurs sur lesquels vous n’avez aucun contrôle affectent votre équilibre intérieur. Si c’est le cas, trouvez de l’aide professionnelle et prenez les mesures nécessaires pour vous rétablir. Cela peut ou non vous amener à reprendre vos recherches, et c’est ok. Ce qui importe avant tout, c’est que vous restiez en bonne santé.

Avec cette note sur la santé mentale et sur la recherche d’un équilibre sain pendant vos études de 2e et 3e cycles, je vais vous souhaiter une bonne semaine, beaucoup de succès dans votre vie et votre exploration de carrière, et vous remercier encore une fois d’être fan de Papa PhD.

Mais avant de vous quitter, je veux annoncer officiellement que la semaine prochaine aura lieu la finale de la saison. Pour être sûr que vous ne serez pas à court de podcasts à écouter cet été, j’ai fait équipe avec le podcast What Are You Going To Do With That? et nous avons fait un épisode jumelé (en anglais) – jeudi prochain, la dernière entrevue de nos deux saisons sera diffusée en même temps. Je serai dans leur émission et Danni Reches, l’animatrice du podcast, passera au micro de Papa PhD. Alors, si vous êtes confortables avec l’anglais n’hésitez pas à explorer cet autre podcast académique !

Et si vous voulez aider Papa PhD, il y a deux choses simples que vous pouvez faire : premièrement, partager un épisode que vous aimez vraiment avec vos amis ou vos collègues. C’est une excellente façon d’aider et de faire passer le message. Deuxièmement, si vous êtes sur une application qui permet de laisser une note ou un commentaire, faites-le – laissez-moi vos étoiles et laissez un commentaire. Cela aidera les gens à trouver le podcast et à se joindre à l’aventure. Et ça me donnera aussi la chance d’échanger avec vous, ce que j’apprécierais beaucoup. Alors merci encore, bonne écoute, et à la semaine prochaine !

Vous aimerez aussi ces épisodes :

Boîte à outils pour les études doctorales – Mon cheminement: PapaPhD.com/37

Papa PhD Pearls of Wisdom – 2019 Season: PapaPhD.com/26

Envie de lancer un podcast?

Mon ami et collègue podcasteur Marco Bernard et son Académie du Podcast ont ce qu’il vous faut si vous avez une idée, mais qu’il vous manque les connaissances pour mettre en place votre podcast.

Dans la formation Podcasting 101, Marco a préparé plus de 20 vidéos et des tutoriels où il explique quel équipement se procurer, comment faire le montage et comment le mettre en ondes sur les principales plateformes. Cliquez maintenant pour vous inscrire et avoir accès à la communauté !

Dans la formation Podcaster Pro, il a pensé aux professionnels et créateurs qui non seulement veulent lancer leur podcast, mais ont des objectifs précis à atteindre avec celui-ci. C’est en pensant à eux qu’il a préparé plus de 80 vidéos et des tutoriels où il explique non seulement comment lancer son podcast, mais comment y amener des invités de qualité, comment le promouvoir et comment atteindre vos résultats en utilisant cette plateforme. Cliquez maintenant pour vous inscrire si vous voulez créer la meilleure vitrine pour vos affaires ou pour votre contenu !

En suivant ces liens affiliés, vous aiderez à la production de Papa PhD, donc assurez-vous d’y accéder à partir des boutons sur cette page ou en utilisant les adresses PapaphD.com/Podcast101 ou PapaPhD.com/PodcastPRO. Merci!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *