Élodie Chabrol – La passion pour la science et pour la vulgarisation

Dans la vie, on peut se faire dire des tas de choses. Entre autres, on peut se faire dire qu’une de nos idées ou qu’un de nos projets est voué à l’échec. Le hic, c’est que cette idée, ce projet, personne ne les voit comme nous on les voit. Dans cet épisode de Papa PhD, Élodie Chabrol partage son parcours académique et professionnel et parle du rôle qu’ont joué la curiosité et la persévérance dans sa transition vers l’univers de la communication scientifique.

Élodie Chabrol

Elodie Chabrol a un doctorat en neuroscience et a mené des recherches postdoctorales en neurosciences. Elle a quitté la recherche en 2017 pour travailler sur la communication scientifique en tant que freelance. Elle développe le festival Pint of Science en France et à travers le monde et travaille également sur d’autres projets, dans le but d’aider les scientifiques à partager leurs histoires fascinantes de la meilleure façon possible et de transmettre la passion pour la science.

Ce que vous apprendrez dans cet épisode :

  • La beauté et les défis de la vie de chercheur
  • L’importance de développer ses compétences en communication pendant ses études de troisième cycle
  • L’importance de profiter d’un maximum de ressources et de formations offertes par votre université
  • Ce qu’on gagne à essayer des activités différentes pendant le doctorat ou le postdoc
  • Les avantages de faire de la recherche dans un petit laboratoire en début de carrière académique
  • Comment réagir à des commentaires ou jugements externes par rapport à nos idées et à nos projets
  • Ce que participer à des événements de vulgarisation apporte aux scientifiques

Les perles de sagesse d’Élodie :

« Les doctorants, si vous avez des formations pendant la thèse, profitez-en. Les postdocs pareil. En fait, si vous avez des formations qui sont “incluses” dans votre boulot, parce que ça, c’est cadeau, c’est génial. Et puis, pour ceux qui peuvent un petit peu se permettre, essayez pendant que vous avez un job. Oui, ça sera du boulot, ça sera des soirées et peut-être, même, vous allez poser des vacances pour aller à un workshop, mais, du coup, ça vous permettra déjà de vous démarquer. Donc, si jamais, à la fin, vous voulez effectivement faire de la communication scientifique, vous aurez des expériences. Ça vous permettra de tester si vous aimez et, surtout, ça vous permettra d’agrandir votre réseau qui est, au final, probablement ça qui vous donnera votre job, après. »

« Pour Pint of Science France, les gens me disaient “Comment tu sais que ça va marcher?” Et je disais “Eh bien, je vais tout faire pour que ça marche”. »

« Quand on fait un truc sur lequel on est vraiment passionné, on se débrouille et ça marche et oui, peut-être qu’on est un peu crevé, peut-être qu’on ne dort pas très bien et peut-être qu’après on va hiberner un mois après l’événement ou après le festival, par exemple, mais, franchement, si c’était à refaire, je repasserais toutes les nuits que je n’ai pas dormies à ne pas dormir. »

« Parfois, il y a des questions toutes simples du public qui, en fait, font les chercheurs voir les choses d’une autre manière et se poser d’autres questions. Et ils nous disent, parfois, “les questions les plus simples, ou les questions de gens qui ne connaissent absolument pas le sujet, ça nous permet de voir les choses différemment.” Et, en fait, il y en a qui m’ont dit que ça les avait aidé à réfléchir à des projets différemment. »

« Un bon scientifique, même en académie, eh bien, il faut savoir communiquer. »

Les liens d’Élodie : Elodiechabrol.com: LinkedIn : Linkedin.com/in/elodiechabrol; Pint of Science : PintofScience.com; Twitter : @EloScicomm. Instagram : @eloscicomm

Vous aimerez aussi ces épisodes :

Fiona Robinson – Patient education: PapaPhD.com/6

James Bowers – Communication consulting: PapaPhD.com/39

Kelly Bullock – Science illustration: PapaPhD.com/9

Kirsten Sanford – Science communication: PapaPhD.com/13

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *