Olivier Hernandez – Partie 1 – Du génie à l’industrie à l’astrophysique

Cette semaine, je vous apporte une passionnante conversation dans l’univers du génie et de l’astrophysique. Au cours de cet échange avec mon invité, Olivier Hernandez, vous apprendrez à quoi peut ressembler un trajet académique du domaine de l’ingénierie au doctorat en astrophysique et on vous amènera dans une intéressante discussion à propos de la réalité du doctorat au jour-le-jour et du rôle que des études de troisième cycle peuvent jouer dans votre vie universitaire, mais aussi dans votre vie professionnelle.

Olivier Hernandez

Olivier Hernandez est astrophysicien et directeur du Planétarium Rio Tinto Alcan à Montréal depuis mai 2018. Il a d’abord étudié pour devenir ingénieur avant de se tourner vers l’astrophysique et d’obtenir son doctorat de l’Université de Montréal et du laboratoire d’astrophysique de Marseille (France). Il a longtemps travaillé comme chercheur sur les galaxies et concepteur d’instruments astronomiques à l’Université de Montréal. Les instruments sur lesquels il a travaillé se retrouvent sur divers télescopes: l’Observatoire du Mont-Mégantic, le télescope Canada-France-Hawaï ainsi que le futur télescope James Webb. En dehors du travail, Olivier aime aime le théâtre, cuisiner et regarder les étoiles!

Ce que vous apprendrez dans cet épisode :

  • Le trajet académique vers l’astrophysique
  • La formation des ingénieurs en France
  • La valeur et le potentiel que peut avoir votre maîtrise dans votre vie académique et l’intérêt de la terminer avant de passer au doctorat
  • Comment un passage en industrie peut avoir des retombées positives sur votre trajet académique et professionnel
  • L’intérêt de faire un doctorat en cotutelle
  • L’autonomie et les compétences de gestion de projet qu’on développe au doctorat
  • Le trajet de développement de carrière des détenteurs de doctorats dans l’industrie

Les perles de sagesse d’Olivier :

« Je pense que ça a été une des plus belles expériences de ma vie, le doctorat. Je pense que c’est vraiment un moment plaisant, difficile – et je comprends que ce n’est pas tous les jours facile, mais c’est le moment où on a le plus de liberté et le plus de créativité possible pour faire quelque chose. C’est vraiment un moment plaisant et j’encourage tous les gens un peu partout où je suis d’aller faire des études supérieures et de faire le doctorat parce que c’est vraiment une expérience différente de tout ce qu’on connaît. Même par rapport à la maîtrise où la maîtrise est assez régulière – on apprend à faire de la recherche. Le doctorat va vraiment nous pousser à avoir une autonomie incroyable et une créativité qu’on n’a pas ailleurs, et ça, c’est vraiment exceptionnel. »

« En partant, tous les sujets qu’on choisit au début du doctorat, probablement, changent, évolue au fur et à mesure qu’on fait son doctorat, parce qu’on rencontre soit des portes fermées, soit on s’aperçoit que ce qu’on pensait, au début, être une bonne idée n’est pas forcément une bonne idée – quelqu’un d’autre l’a peut-être étudié, aussi. On a beau essayer de faire une revue de la littérature de ce qui existe un peu partout – on s’aperçoit qu’il y a des gens qui touchent plus ou moins le sujet et qui ont tout de suite trouvé une impasse. Donc il faut avoir cette habileté à vraiment être créatif, justement, pour pouvoir embarquer sur une autre voie, essayer de comprendre comment on peut intégrer tout ce qui a été fait. Et puis il y a cette force, chez les doctorants, d’avoir cette capacité de synthèse qu’on n’a pas, forcément, tout de suite, en maîtrise. »

« La maîtrise, c’est un outil vraiment puissant pour comprendre comment on fait de la recherche. Il faut passer, à mon avis, à travers l’outil de la maîtrise de se casser la tête sur des sujets et d’être capable de comprendre comment ça fonctionne et de rédiger, surtout, son rapport pour pouvoir faire en sorte que ce soir utile pour son doctorat. Tout ce qu’on a fait à la maîtrise, ça va servir, un peu, de bagage et c’est très, très important pour continuer son doctorat. Quand on passe directement de la maîtrise au doctorat, il nous manque une étape, qui est la rédaction du mémoire, qui est une étape qui peut être vraiment crève-cœur, difficile. »

« Moi, j’ai attendu longtemps avant d’avoir un petit moment eurêka. Ce n’était pas un gros moment eurêka, mais c’est un moment satisfaisant pour se dire “Ah! Je suis arrivé à la première étape d’arriver là où je veux être rendu.” C’est sûr qu’au début du doctorat on fait beaucoup de plans, beaucoup de prévisions sur ce qu’on aimerait faire, et on s’aperçoit que ça prendra beaucoup de temps et beaucoup de ressources pour pouvoir faire ça, donc on n’y arrivera pas forcément, mais c’est très, très valorisant de se dire “Eh bien, oui – je suis arrivé à ce point-là.” Et puis la réalité n’est pas tout blanc ou tout noir. On peut très bien arriver à ce point-là et montrer totalement l’opposé de ce qu’on voulait montrer ou montrer quelque chose qui est équivalent. »

Les liens d’Olivier : Linkedin – Linkedin.com/in/olivierhernandez; Twitter – @OlivierHer; Planétarium Rio Tinto Alcan; Espace Pour la Vie.

Vous aimerez aussi ces épisodes :

Boîte à outils pour les études doctorales – Mon cheminement
: PapaPhD.com/37

Carine Monat – Journalisme scientifique : PapaPhD.com/40

Dana Murchison – Canadian Museum of Nature : PapaPhD.com/1

Martin Primeau – Communication scientifique : PapaPhD.com/44; PapaphD.com/45

Envie de lancer un podcast?

Mon ami et collègue podcasteur Marco Bernard et son Académie du Podcast ont ce qu’il vous faut si vous avez une idée, mais qu’il vous manque les connaissances pour mettre en place votre podcast.

Dans la formation Podcasting 101, Marco a préparé plus de 20 vidéos et des tutoriels où il explique quel équipement se procurer, comment faire le montage et comment le mettre en ondes sur les principales plateformes. Cliquez maintenant pour vous inscrire et avoir accès à la communauté !

Dans la formation Podcaster Pro, il a pensé aux professionnels et créateurs qui non seulement veulent lancer leur podcast, mais ont des objectifs précis à atteindre avec celui-ci. C’est en pensant à eux qu’il a préparé plus de 80 vidéos et des tutoriels où il explique non seulement comment lancer son podcast, mais comment y amener des invités de qualité, comment le promouvoir et comment atteindre vos résultats en utilisant cette plateforme. Cliquez maintenant pour vous inscrire si vous voulez créer la meilleure vitrine pour vos affaires ou pour votre contenu !

En suivant ces liens affiliés, vous aiderez à la production de Papa PhD, donc assurez-vous d’y accéder à partir des boutons sur cette page ou en utilisant les adresses PapaphD.com/Podcast101 ou PapaPhD.com/PodcastPRO. Merci!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *